publications
Zoom
Lansman éditeur, Collection Théâtre à vif Janvier 2009
ISBN 978-2-87282-682-7
34p. ; 21 x 15 cm, 8EUR

Disponible

Présentation

C’est comme au ciné quand tu as raté le début, tu passes tout le film à essayer de comprendre ce qui s’est passé avant que tu y sois, des fois, tu passes tout le film à essayer de comprendre pourquoi tu n’y comprends rien et ça t’énerve, voilà pourquoi il est énervé mon Burt, parce que c’est vrai, il est énervé Burt, je suis sa mère et j’ai pas honte à le dire, Burt, c’était un petit énervé. (…) Mon Burt il vient tout droit d’un film, si je voulais faire la maligne je dirais qu’il vient d’Hollywood, parce que Bernard, je le connaissais à peine, Bernard, on ne s’était même pas embrassés et un jour il me dit, Bernard : Tant qu’il y aura des hommes, ça te dit ? Ça te dit, samedi ? / Samedi ? Samedi, ça le fait, je lui dis, mais c’est quoi comme film ? /Film d’amour, il me fait avec ses yeux, Bernard, il les avait bleus, c’est Hollywood ! Moi, j’aimais bien le titre, Tant qu’il y aura des hommes, ça sonne, Tant qu’il y aura des hommes, c’est parti pour samedi, il était bien ce Bernard, beau, chauffeur-livreur ! Il avait son camion. Mais ce qu’il ne m’avait pas dit, Bernard, c’est que c’est un vieux film, Tant qu’il y aura des hommes, très vieux film que tout le monde a vu, il n’y avait que nous dans la salle. Fin septembre, réunion de parents d’élèves : elle est là, la mère de Burt. Celle qu’on n’a pas vue depuis des années, celle qu’on aurait sans doute préféré ne pas revoir. Le fils n’est plus dans l’établissement ; pourtant elle s’est invitée. Alors, comme le prof principal est en retard, elle se lève et parle. En combat contre les mots, elle se raconte, raconte son fils, cet « enfant difficile ». Elle repart du début, du tout début, de la salle de cinéma où Burt fut conçu. Tout commence là, quand une mère seule invente pour son fils le destin qu’elle n’a pas eu. Quand elle rêve pour lui d’Hollywood et le traîne sur les routes de France pour qu’il rencontre la gloire… Grotesque, apparemment déphasée, elle nous fait rire, la mère de Burt ! Mais au fil de ce parcours clownesque, une vraie émotion se dévoile peu à peu.

En lien avec cette publication

Gilles Granouillet (fiche complète)