publications
Une dernière fois la nuit
Stock Février 2013
ISBN 9782234074057
90 p. ; 19 x 12 cm, 12.5 €

Disponible

Résumé

C’est la dernière nuit d’un homme, qui a trouvé refuge dans une maison tombant en ruines, sur le plateau d’Assy dans les Alpes. Il est arrivé d’Italie et son corps peine à respirer. Il s’essouffle et s’asphyxie. Sa toux vient de loin, de l’enfance, où se déclarent les premières crises d’asthme. Dans ce récit aussi sensuel que poétique, le narrateur, le temps d’une nuit, se souvient. Des années d’adolescence et des séjours dans les centres thermaux, des maisons de repos, au bord des lacs du Nord de l’Italie. Il se souvient aussi de la maison natale de Bracca, village lombard exposé à l’humidité, du père, émigré du sud, qui abat des arbres, et de la mère qui apporte dans la forêt le repas de midi. Il y a aussi l’oncle tant aimé, qui quitte les bois de Bracca pour le port et la ville de Trieste, ville de tous les fantasmes, puis émigre vers l’Amérique, permettant à ceux qui restent de rêver d’un ailleurs comme d’une consolation. Une dernière fois la nuit est un livre des routes, des chemins, des lieux, des paysages, de la fuite possible. Mais il est avant tout un livre du corps. Le corps traversé par les crises d’asthme, les vertiges, les fièvres, les bronches qui suffoquent, le rythme cardiaque qui s’accélère, l’ivresse et l’angoisse. Le corps caressé par la lumière et la mer, l’Adriatique toujours tiède, qui agit comme un baume, allège les douleurs, permet aux poumons de se calmer. Le corps de Simona, la première femme aimée, et la révélation du corps des femmes de Trieste, dans la violence et la beauté du désir.

En lien avec cette publication

Sébastien Berlendis (fiche complète)