publications
Tristesse de la balance et autres signes
Julliard Novembre 2001
80p. ; 23 x 23 cm, 20EUR

Manque provisoirement

Présentation

Le Lion a une grande passion pour la démocratie, sauf qu’il ne comprend pas pourquoi les autres ont encore quelque chose à dire quand il a fini de parler. La Vierge n’a pas tort. La vierge a souvent raison. La vierge a toujours raison. La vierge est rapidement insupportable. Le Poissons est indécis. Il se complaît exagérément à composer des préludes, comme Chopin. Le Gémeaux est un primaire, mais il embrasse bien. C’est un superficiel large. Les profonds étroits supportent mal les gémeaux. Lorsque le Soleil entre dans le signe du Bélier, le 21 mars, c’est le printemps. L’homme s’étonne. Le printemps a toujours étonné l’homme. La femme s’épluche des gros lainages de l’hiver et songe à transparaître. L’homme s’étonne. La femme a toujours étonné l’homme… Un Bélier et un Capricorne se regardent en chiens de faïence. Le chien de faïence n’est pas un signe du zodiaque. Depuis la nuit des temps, l’Homme cherche à se voir, dans le reflet des mares, des vitrines, des miroirs et dans les yeux de la Femme. La Femme ne fait pas autrement. L’Homme et la Femme se font signe… Le drôle de destin qui leur est réservé est écrit dans le ciel – par Jacques A. Bertrand. Et même, depuis peu, dessiné – par Martin Veyron.

En lien avec cette publication

Jacques-A Bertrand (fiche complète)