publications
Star Wars
Akileos, Collection BFI : les classiques du cinéma Octobre 2017
ISBN 9782355743191
96 p. ; 19 x 14 cm, 11.9 €

Disponible

Résumé

La sortie en salles de Star Wars en 1977 marqua la naissance de ce qui est depuis devenu une immense franchise internationale. Star Wars reste le second film le plus rentable jamais sorti aux Etats-Unis, et le récit en six épisodes de George Lucas s’est transformé en quelque chose de bien plus grand : une véritable culture qui dépasse les films eux-mêmes, avec ses jouets dérivés, ses romans, ses bandes dessinées, ses jeux et ses DVD, sans oublier une communauté de fans enthousiastes qui crée ses propres fictions Star Wars. La critique érudite de Star Wars ne l’a traité que sous l’angle du phénomène culturel ou de ses effets spéciaux, de ses fans ou son merchandising, ou comme le film qui a marqué la fin des innovations du Nouvel Hollywood et la naissance du blockbuster. L’analyse éclairante de Will Brooker s’attaque à bon nombre de ces idées préconçues. L’auteur propose une étude détaillée de Star Wars en tant qu’objet filmique, examinant minutieusement les plans, le montage, le design sonore, la réalisation et le jeu des acteurs. Replaçant le film dans le contexte des oeuvres précédentes de George Lucas, depuis ses films d’étudiant jusqu’à ses longs métrages des années 1970, et prenant en compte les diverses influences qui ont façonné son approche du cinéma, de John Ford à Jean-Luc Godard, Brooker estime que Star Wars n’est pas, contrairement à ce que Lucas a pu lui-même affirmer, une rupture radicale par rapport à ses films précédents, mais plutôt une continuation de ses expérimentations visuelles et sonores. L’auteur révèle les désirs contradictoires d’un auteur attiré à la fois par l’ordre et le contrôle absolu, symbolisés par l’Empire, et par l’énergie brute et l’improvisation créative des Rebelles. Ce qui ne semblait être qu’un simple conte de fées devient bien plus complexe lorsque l’on s’aperçoit que le réalisateur soutient les deux camps – et cette tension sous-jacente déséquilibre l’ensemble de la saga, brouillant les frontières entre l’Empire et la République, le côté obscur et le côté lumineux, le père et le fils.

En lien avec cette publication

Diane Ranville (fiche complète)