publications
Pays à vendre
Sabine Wespieser éditeur Mai 2005
208p. ; 18 x 14 cm, 19,25EUR

Disponible

Présentation

Pays à vendre. Ce roman à rebrousse-poil retrace la fin d’une époque où il était encore permis de rêver et la manière dont une génération a pris position face aux valeurs telles que le désir, l’amitié, le travail et l’argent, l’honneur, l’amour et la fidélité. Avec, en toile de fond, les signes avant-coureurs déjà dévastateurs de la mondialisation, du tourisme de masse et du cynisme des investisseurs. A. B. (extrait de l’avertissement) Quand, dans les années quatre-vingt, André Bucher s’est mis à écrire, il s’est retourné vers ses années beatnik et libertaires. Nils Baker, privé au grand coeur sous ses dehors d’ours mal léché, a quitté Paris pour venir s’installer dans les Alpes-de-Haute-Provence, sur une terre qu’il cultive entre deux affaires locales. Une terre qui n’est pas à vendre malgré l’arrivée des investisseurs attirés par les promesses touristiques de la région. Embrouilles immobilières couvertes par les politiques locaux, meurtres, disparitions, Baker mène l’enquête. Dans sa propre ferme, il organise la résistance : en camp retranché avec son carré de fidèles, filles et garçons partageant une joyeuse communauté, il résiste, comme le dernier des Mohicans, aux intimidations des maffieux, qui, eux, ne plaisantent pas. L’aventure, plutôt cocasse, tourne bientôt à la tragédie. L’enquête laisse alors la place à un vrai roman dont les personnages, comme toujours chez André Bucher, trouvent dans la nature et sa magie païenne une ultime consolation.

En lien avec cette publication

André Bucher (fiche complète)