publications
Le tiroir à cheveux
POL, Collection Blanche Août 2005
135p. ; 21 x 14 cm, 15,2EUR

Manque provisoirement

Présentation

Il ne fallait pas parler de ma voisine, même dans son dos. Il ne fallait pas lui parler non plus. Elle n’avait pas demandé la permission d’être enceinte. D’ailleurs, elle faisait plein de choses sans autorisation. Je crois qu’elle sautait par-dessus le portail, quand elle n’avait pas encore le droit d’avoir une clé. Moi non, mais je me cachais pour écrire, parce que je n’étais pas bien me cachais pour écrire, parce que je n’étais pas bien sûre que ce soit permis. Je regardais le fils de ma voisine, tout de travers dans sa poussette, les orbites pleines de soleil, en me demandant quel interdit l’empêchait de bouger, de voir, d’entendre, de parler, de lever une main pour s’essuyer la bouche. Je regardais sa mère et je l’admirais en cachette. Je l’admirais d’avoir fait ça, un gosse défendu qui bavait et coinçait tout le ciel dans ses yeux. J’avais honte aussi, parce que le pauvre. J’ai écrit cette histoire sans aucune autorisation, même pas la sienne, même pas celle de sa mère, juste pour dire en retard il est beau ton fils, en traversant la cour avant d’ouvrir le portail.

En lien avec cette publication

Le tiroir à cheveux (fiche complète)