publications
L’année de fête, l’année de Lou
L'Harmattan, Collection Roman historique Juillet 2006
161p. ; 24 x 16 cm, 14,5EUR

Disponible

Présentation

Bayreuth, 1882: au premier plan, le drame chrétien, Parsifal, apothéose de Richard Wagner. À l’arrière-plan, un drame qu’on qualifierait de sentimental si le protagoniste masculin n’était pas Friedrich Nietzsche, grand absent de la grand-messe wagnérienne. Inversant l’ordre de priorité, l’auteur construit un récit à plusieurs voix: impliquées à des titres divers, des personnes de l’entourage de Nietzsche s’inquiètent pour le philosophe qui, quelques jours après avoir fait la connaissance à Rome d’une jeune Russe, Lou von Salomé, s’exalte, le penseur solitaire nourrit le rêve insensé d’adhérer pour lui plaire à un projet qu’elle a conçu d’une sorte de vie communautaire studieuse. Tous les éléments du dénouement du drame sont en place, tragique fatalement. Si, en dépit de l’éloignement dans le temps et la plongée dans un climat de civilisation passée, tous – acteurs et spectateurs – nous semblent proches, c’est qu’ils sont saisis de l’intérieur dans le jeu conflictuel des sentiments. Moments de tension terrible et accalmies, (rares) instants de grâce aussi, alternent dans leurs récits. Leur cohérence, pourtant, tient à ce que chacun, faute de comprendre pleinement ce qui se joue là sous ses yeux, a sa part de responsabilité dans le rejet définitif dans sa solitude du penseur à l’étrangeté radicale.

En lien avec cette publication

Danièle Roth (fiche complète)