publications
La politique du tumulte
Manufacture de livre editions Septembre 2012
ISBN 9782358870467
336 p. ; 23 x 14 cm ;, 20.9 €

Epuisé

Résumé

En 1973, Sylvia Bruni est renversee par une voiture sur les quais de Saone. En 1993, Lea Bruni, une journaliste, relit le journal intime de sa mere. Elle y retrouve une photo et quelques mots qui l’entrainent tout droit jusqu’a l’affaire Rodriguez et son celebre mouchoir ensanglante , ce tueur de petite fille, un des derniers hommes condamnes a la guillotine…Edouard Balladur est a Matignon. Il a sauve la France de la tempete monetaire et prepare le casse du siecle : voler la Presidence de la Republique a son ami de trente ans. A l’Elysee, Francois Mitterrand peaufine sa legende. Pendant ce temps, Manu, un jeune proxenete se rend chez une de ses filles a Perrache et lui injecte une dose mortelle d’heroine. Secondi et ses hommes de la DST surveillent un procureur de la Republique, un juge d’instruction et un capitaine du SRPJ. Vincent Di Canio, le parrain Lyonnais, se forme au marketing des machines a sous. Xavier Maisonneuve, depute-maire d’Oullins et fils du President du Senat aime trop les jeunes femmes : l’affaire des notables lyonnais va pouvoir se deployer. Elle va entrainer avec elle le monde des soutiers de la politique, la presse et une partie du milieu Lyonnais dans une escalade de mensonges, de violences et de revelations… La Politique du tumulte est un roman noir epique, une extrapolation mensongere basee sur l’erreur et la paranoia nous entrainant a la croisee des destins d’un homme de main de la pegre, d’un bookmaker de la Republique et d’une journaliste. Les innocents sont broyes par un ocean de rage. Dans les reflux du tumulte flotte comme un songe, notre horizon redempteur. Ce roman noir historique et politique, nous parle de la France des quarante dernieres annees. Melant fiction et reel, faits divers ancres dans la memoire collective – l’affaire Ranucci, l’affaire Alegre- et construction dramatique, personnages historiques et personnages fictifs loin de tous les cliches, on songe a James Ellroy et Robert Littell, mais aussi a Manchette et au references du roman noir social.

En lien avec cette publication

François Médéline (fiche complète)