publications
Coups de théâtre. La mémoire vive
L'Harmattan Avril 1997
144p. ; 22 x 14 cm, 12,7EUR

Disponible

Présentation

Anne Zweibaum La mémoire vive “Si tu restes, je te mettrai des couleurs plein la tête. Je me demandais ce qu’elle voulait dire, mais j’étais curieux.” “Allonge-toi par terre, ferme les yeux, et ne pose pas de question, ouvre tes yeux quand tu auras compté jusqu’à dix-neuf, pas dix-huit et pas vingt, précisément dix-neuf. Quand j’ai ouvert les yeux, après avoir scrupuleusement compté jusqu’à dix-neuf, elle n’était plus là. Sur ma main, il y avait un moustique, mais plus gros que les moustiques en général. Je l’ai regardé de près, il était de toutes les couleurs et il avait les yeux bleus. Il s’est posé sur ma tempe et il m’a piqué. Depuis, j’ai des foulards dans la tête.” Roger Kahane L’Epouvantail “Un jour sur une plage, tiens ce jour-là, je me suis mis à faire le compte. Autour de moi, il y avait bien, peut-être quoi ? Dix mille femmes, non ? Bien quinze mille, en comptant toutes celles qu’on ne voyait pas. Bon, disons seulement cinq mille. Même deux mille. Chacune, l’une dans l’autre, combien ? Mettons un kilo, deux kilos, les grosses sûrement plus, mais en comptant les maigres… un kilo et demi. Ca fait deux mille multiplié par… Trois tonnes de poitrines autour de moi. Trois tonnes ! des seins par tonnes. Et moi je me disais, bon sang, il m’en faudrait une toute petite partie de ces trois tonnes, ma part, pas plus, pour jouer avec ma main. Ma part, je réclamais, j’exigeais juste ma part !…” Michel Calonne Les angélicos “Et maintenant, Mesdames et Messieurs, la pose célèbre qui fit de Florian et Floriane les rois du cirque à Monaco, Buenos Aires et Cincinnati – que dis-je, la pose ? C’est un véritable opéra, sans musique cependant, mais quelle mélodie dans les attitudes ! Quels fortissimi muets ! Je n’ai pas donné le titre ? C’est Oedipe et le sphinx. Première scène : le héros face au monstre. La femme-lion va bondir ! Elle lui saute à la gorge. Elle va lui sauter à la gorge. Il faut bien qu’elle prenne son élan pour lui sauter à la gorge. Oh, pas de précipitation, admirez cette félinité, cette lenteur n’en est que plus menaçante… Allez Odette, saute, nom de Dieu… Hop ! Voilà.”

En lien avec cette publication

Michel Calonne (fiche complète)