Ressources 

Antoine Choplin, « Une forêt d’arbres creux » (La Fosse aux ours, 2015)

Regards sur le camp de Terezin : un mensonge nazi.

Ghetto de Terezin, de décembre 1941 à mai 1943. Bedrich Fritta arrive là avec sa femme Joanna et son fils Tomi, âgé d’un an. Il est affecté à la salle de dessins techniques dont il devient le responsable, tiraillé entre, d’une part, le plaisir du travail, avec une relation sensuelle aux outils, et, d’autre part, la culpabilité du projet funeste auquel il participe : la façade du ghetto, puis le crématorium. Le personnage principal observe le quotidien du camp et peint les humiliations, la dés-humanisation progressive, la mort et les déportations. Gardant malgré tout espoir, il témoigne et résiste par l’art. Son regard artiste décrit les scènes comme autant de tableaux qu’il peint et cache, à destination des émissaires de la Croix-Rouge. Ce livre s’inscrit dans une réflexion récurrente de l’auteur qui s’interroge sur la façon dont des hommes et des femmes continuent de rester dignes dans des univers sombres, chaotiques. Antoine Choplin tournait depuis longtemps dans une « spirale convergente » autour de la Shoah, thème qui lui paraissait peu abordable en raison de son absence de légitimité (ni lui, ni sa famille n’ont été victimes de la Shoah). La visite du ghetto de Terezin a servi de catalyseur : Terezin a alors constitué « un espace dont [il] avait envie depuis longtemps de [s’]approcher par l’écriture ». Le récit est nourri par l’œuvre picturale de Bedrich Fritta et d’autres artistes. Leurs noms ainsi que la topographie des lieux sont réels. C’est à travers les peintures et les dessins découverts au mémorial de Terezin que l’écrivain a cherché à transcrire ce qu’ont pu vivre Bedrich et les siens dans ce lieu.

Consulter la fiche en PDF.

Cette fiche pédagogique est issue du travail d’un groupe de veille littéraire initié par Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture en partenariat avec la DAAC de Lyon. Ce groupe cherche à faire découvrir l’œuvre d’auteurs contemporains de la région. À chaque rentrée littéraire, il sélectionne les romans les plus appropriés pour les jeunes lecteurs : niveaux collège, lycée général et technologique, et/ou voie professionnelle. Il suggère des pistes de travail et permet ainsi de mettre en relation le public scolaire avec des auteurs d’aujourd’hui, que les classes peuvent rencontrer.

En lien avec cette note

Antoine Choplin Une forêt d’arbres creux